Manifestation de soutien aux travailleuses de l’usine l’Amour

Le vendredi 12 juin, la campagne pour les travailleurs de l’Amour et les travailleurs du textile des autres usines organise un rassemblement à Québec afin de promouvoir les droits de travailleurs de textile sans emploi. Ces travailleurs continuent à faire face à des difficultés qui s’intensifient en raison de la crise économique, particulièrement dans la recherche d’emploi et le soutien de leurs familles.


Le congédiement massif des travailleurs immigrants a été causé par les politiques néo-libérales des gouvernements Canadiens et Québécois. En 2004, les grandes entreprises du textile ont fait pression sur le tribunal canadien du commerce qui réglemente le commerce au Canada, les règles de l’Organisation du Commerce Mondiale (OMC) et les autres accords de commerce international comme accord de libre échange nord-américain, afin d’abaisser les règlements de pays d’origine. Les anciens règlements stipulaient que pour étiqueter n’importe quel vêtement comme étant « fait au Canada » il fallait que 60% du processus de production soit fait au Canada. Étant donné que 55 % de l’industrie canadienne se retrouve au Québec, ceci signifiait souvent «fait au Québec ». En 2004 par contre, les compagnies de textile et les propriétaires d’industrie on réussit à changer cette condition à 20% du processus de production. En réalité, 20% représente la conception et l’expédition de vêtements pendant que le reste du processus de fabrication et les emplois y étant associés ont été exportés dans des pays du tiers-monde – où les entreprises canadiennes peuvent exploiter davantage une main-d’œuvre disponible à bon marché dans un cadre dépourvu de réglementation.

À Montréal, le résultat de cette politique a été la mise à pied de milliers de travailleurs dans les usines comme Peerless, Lamour Inc, Gildan, Main Knitting et Golden Brand.

La plupart de ces travailleurs ont œuvré dans l’industrie duà textile presque toute leur vie. Les travailleurs n’arrivent aujourd’hui pas à trouver du travail et ils vivent donc sans revenu.

Cette crise qui a vu le taux de chômage passer au-dessus de 10% a été causée à Montréal par ces politiques néolibérales des gouvernements et par l’avidité des entreprises.

Joignez-vous donc aux Centre des travailleurs et travailleuses immigrants ainsi qu’aux travailleurs du textile mis à pied le 12 juin à Québec pour réclamer justice pour les travailleurs immigrants.

La campagne pour la justice pour les travailleurs du textile est appuyée par:

Le Centre des Travailleurs et Travailleuses Immigrants
Le Centre d’appui aux Philippines
PERSONNE N’EST ILLÉGAL -Montréal
Solidarité sans frontières
Pinay
Québec solidaire
Le syndicat des travailleurs et travailleuses des postes
CSN- Région de Montréal
Centre communautaire des femmes Sud-Asiatiques

Prenez l’autobus vers Québec pour montrer votre support pour les travailleurs immigrants du textile licenciés.

*Joignez-vous à nous pour demander une aide aux travailleurs plutôt qu’aux employeurs!*

==================>

Vendredi le 12 juin

Les autobus quittent Montréal –

7am Station de Métro Côte-Vertu

(Rencontre dans le stationnement en face du Métro)

Retour à Montréal à 6pm

Nous demandons un don de $5-$10 – personne ne sera refusé.

<=================

12pm

Manifestation devant l'Assemblé Nationale

Édifice Parlementaire

1045, rue des Parlementaires

Québec (Québec)

————–

Pour réserver un siège sur l'autobus, contactez
514-342-2111 au par courriel iwc_cti@yahoo.com

Pour plus d’informations sur la campagne :

http://www.iwc-cti.ca

iwc_cti@yahoo.com