Blocage complet de l’usine Mapei à Laval

Ligne de piquetage dure ce matin à l’usine Mapei.

Tôt ce matin, une soixantaine de travailleurs et de travailleuses sont allé-e-s prêter main forte aux ouvrières et ouvriers de l’usine Mapei à Laval, en grève depuis le 4 mai 2012.

Spécialisé dans la production de colles et de produits chimiques pour le bâtiment, Mapei est une multinationale possédant 59 usines de production réparties dans plus de 28 pays. Or, sa filiale Lavaloise est au prise avec un conflit de travail qui dure maintenant depuis plus d’un an. En mai 2012, afin de s’opposer à la partie patronale qui faisait piétiner les négociations au sujet de la convention collective échue depuis décembre 2011, les 115 travailleurs et travailleuses de l’usine, syndiqué-e-s à la CSN, entrèrent en grève. Depuis 14 mois donc, non seulement la convention collective n’est toujours pas renégociée, mais en plus, les patrons de l’usine ont carrément commencé à licensié des employé-e-s dans une optique de transfert des moyens de production vers l’Ontario. Cette vague de licenciement ayant atteint son appogé en août 2012 avec la fermeture de 2 départements causant la mise au chômage de 43 travailleurs supplémentaires. Ne reste plus aujourd’hui que 25 des 115 travailleuses et travailleurs de Mapei pour mener la lutte.

Le transfert de la machinerie vers l’Ontario s’accentuant, la production étant maintenue par les cadres et les contremaîtres de manière à contourner la lois anti-scabs, qui une fois encore, nous prouve sont inutilité et sa désuétude. Bref, la mauvaise fois du patronat a donc poussé les membres de différents groupes de gauche, dont le Syndicat Industriel des Travailleuses et des Travailleurs (SITT-IWW), le Groupe Internationaliste Ouvrier (GIO) et des Association Populaires Autonomes de Montréal (APAM) à se présenter devant l’usine Mapei pour tenir une ligne de piquetage dure et bouleverser la production. Après deux heures de blocage, neufs camions de livraisons avait été retournés et les cadres étaient toujours, pour la plupart, tenus à l’extérieur du bâtiment, la direction de l’usine a dû se résigner et fermer l’usine pour la journée.

Les travailleurs présents pour le piquetage symbolique matinal se sont dit bien heureux de recevoir cet élan de solidarité inattendu de la part des militantes et militants de gauche. Encore une fois, cette action nous prouve que ce n’est pas devant les tribunaux et dans les bureaux des patrons que les luttes se gagnent, mais bel et bien par la solidarité ouvrière, la mobilisation et l’action directe. Une attaque contre l’un ou l’une de nous est une attaque contre nous toutes et tous!

Vous trouverez ici un court vidéo sur l’action de ce matin qui montre d’ailleurs l’attitude des permanents syndicaux et permanentes syndicales de la CSN par rapport à la solidarité et l’action directe.

3 réflexions sur “Blocage complet de l’usine Mapei à Laval

  1. Je tire mon chapeau pour cette solidarité ouvrière, qui devrait être une pratique courante et normale dans une lutte des classes qui a atteint le niveau de tension politique que l’on connait actuellement. Si on veut sérieusement obtenir l’adhésion de la classe ouvrière aux idées communistes de combat, il nous faut multiplier ce genre d’intervention. Elle est un exemple à suivre sous plusieurs aspects, dont celui éducatif par la diffusion du message clair et sans équivoque. Elle enseigne également bien à la classe ouvrière que le syndicalisme de boutique pratiqué par nos syndicats corrompues et vendues à la bourgeoisie ne sert pas ou prou les intérêts de la classe ouvrière. Si pour la bourgeoisie, tous les moyens sont bons, y compris les moyens légaux comme illégaux, l’inverse devrait également être accepté comme légitime. C’est-à-dire que la classe ouvrière est également en droit de pratiquer les mêmes méthodes, et utiliser elle-aussi les moyens légaux comme illégaux. Il s’agit donc d’un point de lutte capital à faire comprendre à la classe ouvrière et aux masses trop peu enclines à accepter de telles méthodes. Bravo donc à cette équipe de choc qui a effectué un boulot remarquable et exemplaire. Ce vidéo devrait figurer quant à moi dans les annales du syndicalisme de combat au Québec. Merci camarades et ne désespérons pas. Ce n’est qu’un début, continuons le combat ! Bravo à IWW !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s