Wobbly à Dublin – Épisode 1: La menace fantôme

Introduction et mise en contexte

Lorsque j’ai décidé de partir vivre en Irlande pendant deux ans, je venais à peine de rejoindre le SITT-IWW et était avide d’en apprendre plus et de prendre part à la lutte. Donc, la première chose à laquelle j’ai pensé est : « Existe-t-il une branche en Irlande ?»

Eh bien non, me confirme le GHQ (General Headquarters), qui me met quand même en contact avec ERA (European Regional Administration), qui elle, me met en contact avec des Wobblies d’Écosse qui, finalement, me mettent en contact avec de potentiels membres, dont un en particulier semble plus motivé encore, un certain dénommé Jules.

12047319_10153176655553034_20518068_n

C’est ainsi que le lendemain de mon arrivée, après une journée palpitante au bureau d’immigration, je me retrouve à passer la soirée dans un squat nommé The Barricade Inn à fabriquer des bannières et à discuter avec des membres de The Worker’s Solidarity Movement (WSM). Ces derniers m’ont fait part de la situation plutôt précaire en Irlande en ce moment.

En effet, depuis plusieurs mois, le gouvernement tente d’installer des compteurs d’eau et de faire payer les citoyen-ne-s pour l’usage de l’eau potable et éventuellement privatiser ce secteur, ce qui est un enjeu majeur et qui mobilise énormément de gens.

Aussi, le nombre de sans-abris en Irlande a doublé depuis l’an dernier, comprenant maintenant beaucoup de familles et de personnes vulnérables autrefois soutenues par des programmes gouvernementaux, alors que les évictions sont de plus en plus fréquentes et qu’on compte près de 300 000 logements inoccupés dans le pays. Plus de 130 000 familles ont fait des demandes pour un logement social.

S’ajoute à cela la cause des réfugié-e-s qui font face à un racisme assez fort en Irlande – comme partout en Europe –, canalisé par le fait que beaucoup considèrent que le gouvernement devrait s’occuper des sans-abris irlandais avant de s’occuper des autres. C’est donc sans grande surprise que, lors de la manifestation Refugees Welcome de samedi dernier (12 septembre), nous avons reçu beaucoup de commentaires négatifs. Cela dit, il y avait tout autant de commentaires positifs.

Là où ça devient particulièrement intéressant, c’est que la couverture médiatique de ces événements était absolument biaisée, oh surprise! Plus particulièrement, pour ce qui est de l’eau, étant une cause qui touche littéralement tout le peuple irlandais, beaucoup ont pris conscience des mensonges du gouvernement véhiculés par les médias. Cela a évidement eu pour effet de miner la confiance du public envers ces institutions, et beaucoup de citoyennes et citoyens moins politisé-e-s ou militant-e-s ont décidé de s’organiser et de créer des comités autogérés pour combattre cette mesure et venir en aide aux réfugié-e-s ainsi qu’aux sans-abris en Irlande.

Pour ce qui est du IWW, j’en ai discuté avec plusieurs membres du WSM. La majorité en avait déjà entendu parler et après une brève mais exhaustive description du fonctionnement et de nos campagnes, les autres semblaient tout aussi enthousiastes. Cependant, j’avais des questionnements à savoir si la création d’une branche était pertinente dans un contexte où il y a des groupes similaires en Irlande, tels le Dublin Solidarity Network (inspiré du SeaSol) et le Independant Worker’s Union (IWU). Par contre, selon ce que je retire de la charte du IWU, c’est un syndicat qui a une structure plus hiérarchique et à l’intérieur duquel certaines décisions sont prises par les membres via référendums traitants de propositions venant de l’exécutif.

«Referendums – asking the members? The Rules of the IWU provide for the primacy of members’ decision making within the Union and on its policies. Consistent with this founding principle, the Executive Committee may, from time to time, directly consult the members in referendums about issues on which the entire membership of the Union are the most appropriate judge of the direction which the Union should adopt.»

Selon Jules, le potentiel Wobbly que j’ai rencontré, le IWW aurait sa place à Dublin et en Irlande en général en tant qu’élément perturbateur et rassembleur, pouvant aider à créer des liens entre les différents milieux de travail et militants, tout en organisant les lieux de travail. Notamment, il m’a fait part de la situation à laquelle font face les musicien-ne-s de rue à Dublin. De nouvelles lois et le harcèlement constant de la part des Gardaí (la police irlandaise) en ont fait réfléchir plusieurs qui croient en la nécessité de s’organiser, chose qu’une branche dublinoise du IWW pourrait aider à réaliser.

Nous allons rencontrer ce musicien la semaine prochaine et voir ce qu’il en pense. Je ne sais pas combien il y a de musicien-ne-s de rue à Dublin, mais je sais qu’il y en a beaucoup, donc une bonne base pour une branche active à mon avis.

Je vais aussi tenter de contacter des membres du Dublin Solidarity Network pour les rencontrer, on verra bien ce qu’il en sera la semaine prochaine.

Kelly
WSM : http://www.wsm.ie/
Compteurs d’eau : http://www.wsm.ie/water-charge
Sans-abris : http://www.thejournal.ie/social-housing-waiting-list-2316604-Sep2015/
SeaSol : http://seasol.net/
IWU : http://www.union.ie/union-charter/
Barricade Inn (facebook) : https://www.facebook.com/barricadeinn?fref=ts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s