100e commémoration de l’assassinat de Joe Hill

Le 19 novembre nous commémorons l’exécution de Joe Hill, militant révolutionnaire, poète, auteur-compositeur, dessinateur et wobbly de première ligne et de la première heure.

Joel Emma12244032_1940690409488398_764441386_nnuel Hägglund, dit Joe Hill, nait en Suède le 7 octobre 1879. Rêvant d’une vie meilleure, il se joint à ces dizaines, voire centaines de milliers d’immigrant-e-s européen-ne-s, principalement d’origine juive, allemande, italienne, russe et grecque, qui décidèrent de quitter le vieux continent pour gagner une Amérique du Nord en pleine Révolution industrielle. Tout comme ces derniers, ses rêves furent confrontés à la dure réalité de la journée de travail de 13 heures, la semaine de 6 jours, l’escroquerie et le vol de salaire légal du patronat et le racisme de nombreux américains. Face à cet esclavage salarié, il choisit la vie de « hobo », soit travailler lorsque nécessaire et profiter des petits plaisirs de la vie autant que possible, sans trop se soucier du lendemain.

 

Au cours de ses déplacements l’amenant d’une ville ou d’un petit boulot à l’autre, il rencontre les IWW qu’il rejoint en 1910. La facilité qu’il avait avec la plume en fit rapidement une figure importante du syndicat révolutionnaire. Il ne rejoignit pourtant pas les Big Bill Haywood et Elizabeth Gurley Flynn au panthéon des orateurs et oratrices et des organisateurs et organisatrices du Syndicat, il ne monta jamais dans les rangs et ne courut jamais après la renommée. Sa place à lui était autours des feux en bordure des rails, entouré des gens comme lui, et sa réputation ne fut que le fruit du succès que remportaient les chansons qu’il chantait. Quelques originales, mais surtout beaucoup de reprises des tubes de l’époque qu’il remaniait pour parler de la vie et de la lutte des travailleurs et des travailleuses. On lui doit notamment Casey Jones the Union Scab, Where the Fraser River Flows, Coffee An’, Should I ever Be a Soldier, Mr. Blok, Scissor Bill ou encore The Rebel Girl pour ne citer que quelques-unes des chansons qui traversèrent le temps et qu’on retrouve encore aujourd’hui dans les livres de chansons syndicalistes, mais aussi dans les classiques du folks et du country américain.

Joe Hill, qui participa à plusieurs grèves en plus d’être parmi les nombreux wobblies qui s’enrôlèrent dans l’armée révolutionnaire mexicaine de Ricardo Flores Magon, fut pourtant arrêté en 1914 sous des accusations encore aujourd’hui démenties par l’IWW du meurtre d’un épicier de Salt Lake City. La rapidité avec laquelle le système d’injustice de l’État d’Utah boucla l’affaire, le manque de preuves et la hargne que le gouvernement américain entretenait à l’égard de l’IWW, ne sont que quelques-uns des faits mis de l’avant par le Syndicat, qui exige encore aujourd’hui que l’honneur de son plus grand barde soit restauré.

En prison Hill échangea de nombreuses lettres avec des camarades et ami-e-s qu’il avait croisés tout au long de sa vie. C’est dans l’une d’elles qu’il écrivit son fameux testament qui donne une idée assez juste de son amour de la poésie:


My will is easy to decide, For there is nothing to divide.
My kin don’t need to fuss and moan, « Moss does not cling to rolling stone. »
My body? Oh, if I could choose, I would to ashes it reduce,
And let the merry breezes blow, My dust to where some flowers grow.
Perhaps some fading flower then, Would come to life and bloom again.
This is my Last and final Will. Good Luck to All of you,
Joe Hill

C’est aussi à lui que l’on doit la fameuse phrase « Dont mourn, Organize! » qui est une réécriture d’une des dernières lettres qu’il écrivit: ‘‘Goodbye, Bill, I die like a true blue rebel. Don’t waste any time mourning. Organize! ». Le 19 novembre 1915, Joe Hill passait devant le peloton d’exécution et suivant son voeu, 100 ans plus tard, les IWW continuent toujours son combat.

Pour l’occasion, des évènements ont eu lieu dans pratiquement toutes les sections des IWW. Alors que le Bureau Exécutif Général encourageait les gens à sortir dans la rue pour faire du « soapboxing », le Joe Hill RoadShow regroupant des artistes comme Tom Morello, Joan Baz, Ziggy Marley, Tim Armstrong, The Last Internationale et bien d’autres sillonnaient déjà les États-Unis depuis de nombreux mois pour tenir des concerts. David Rovics​ et Chris Chandler de la section locale intersectorielle de Portland ont tourné un petit vidéo reprenant la célèbre chanson d’Alfred Hayes, plus connue sous le titre I Dreamed I saw Joe Hill Last Night. À Montréal, un karaoké et la projection de film furent organisés.

Chez les IWW, le mois de novembre se veut le mois du souvenir. Un mois pour Joe Hill, pour les centaines de wobblies qui furent assassiné.es par l’État depuis 1905 et pour tous les héros et les héroïnes de la classe ouvrière qui en silence meurent au travail. C’est en leurs noms, pour leurs enfants et pour les nôtres que nous continuons le combat. Dont Mourn, Organize!

X374166

Lien YouTube vers une de ses chansons, cliquez ici.

Pour plus d’information sur Joe Hill et la culture qu’il aida à faire rayonner à l’IWW, Franklin Rosemont écrivit un livre extrêmement complet dont l’avant-dernière édition est disponible gratuitement sur internet: http://poiesique.lautre.net/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s