Sept mythes à propos de Postes Canada

Affiché le 30 juin 2016 sur rankandfile.ca
Par Doug Nesbitt et Dan Darah (traduit avec l’autorisation des auteurs)

Sous l’ombre d’un nouveau lock-out ou d’une nouvelle grève chez Postes Canada, le patronat cherche de nouveau à miner la confiance du public dans le service des postes public en faisant appel à une campagne de désinformation envers les travailleurs et travailleuses des postes. Voici sept mythes à propos de Postes Canada que vous entendrez répéter dans les journaux et à la télévision, autour de la table à manger ou lors de votre pause cigarette, et par des politiciens et des patrons. Une version de ce document est disponible (en langue originale) sous forme de tract ou d’affiche. Une bonne façon d’afficher votre soutien.

MYTHE #1 : « Nous ne sommes pas rentables ».

RÉALITÉ : Postes Canada a été rentable 20 des 22 dernières années, incluant les quatre dernières années. Il n’était pas rentable en 2011, car l’administration a mis son personnel en lock-out et a donc perdu beaucoup de ventes. Depuis le milieu des années 1990, Postes Canada a rajouté plus d’un milliards de dollars dans le trésor public.

MYTHE #2 : « Postes Canada est un gaspillage des fonds publics ».

10991259_514616748679266_7529063126161554605_nRÉALITÉ : Postes Canada ne dépend pas des fonds publics. Il a même rajouté un milliard de dollars aux coffres. Postes Canada est devenu une société d’État fédérale au début des années 1980 pour qu’il puisse subvenir à ses propres besoins. Quiconque dit que Postes Canada gaspille de l’argent public est soit mal informé ou malhonnête.

MYTHE #3 : « L’Internet tue Postes Canada ».

RÉALITÉ : À chaque année, Postes Canada expédie plus de colis que lors de 1989, cinq ans avant le début d’Internet. Les lettres postées connaissent un lent déclin, mais le commerce en ligne a provoqué un boum dans le nombre de colis expédiés. Postes Canada fracasse constamment les records dans le volume de colis postés. Postes Canada bénéficie du commerce en ligne au même titre que des compagnies comme Amazon et autres.

MYTHE #4 : « Nous ne pouvons payer les pensions de retraite ».

RÉALITÉ : Postes Canada veut miner les pensions des personnes nouvellement embauchées, en affirmant que l’ancien régime est très dispendieux. Mais cette crise des pensions est tout à fait artificielle. Postes Canada est rentable et SaveCanadaPost1-300x111les travailleurs et travailleuses des postes continuent à cotiser dans le régime de retraite. Le régime a assez de fonds pour payer les travailleurs et travailleuses à leur retraite.Couper dans les régimes de retraite vise simplement à mettre plus d’argent dans les poches de l’administration.

MYTHE #5 : « Nous ne pouvons plus nous permettre la livraison à domicile »

RÉALITÉ : Postes Canada peut se permettre de maintenir et même de bonifier la livraison à domicile. Nous n’avons pas à être le seul pays à couper dans ce service. De rétablir et de bonifier la livraison à domicile serait même plus facile à faire à travers des nouveaux services comme la banque postale, qui existe dans plusieurs pays, incluant même le Canada jusque dans le milieu des années 1960. Les études commandées par Postes Canada elle-même montrent que la banque postale serait une bonne idée, mais l’administration ne veut ni de ce service ni de la livraison à domicile parce qu’elle a d’autres objectifs. Ces objectifs n’ont rien à voir avec le fait d’offrir des services essentiels à la population.

MYTHE #6 : « Nous n’allons pas privatiser Postes Canada »

RÉALITÉ : En éliminant la livraison à domicile, en rejetant la banque postale, et en coupant dans les conditions de travail des travailleurs et travailleuses, Postes Canada se prépare à la privatisation. Postes Canada livre les deux tiers du courrier au Canada, et a de loin l’infrastructure de détail la plus étendue au pays. Les compagnies d’expédition et de livraison de courrier privées veulent cet immobilier, et elles veulent éliminer Postes Canada en tant que compétiteur. L’administration de Postes Canada est remplie de gens qui veulent sa privatisation. Le PDG de Postes Canada, Deepak Chopra, siège sur le C.A. d’un think tank qui appelait le gouvernement Harper à privatiser le service des postes. Chopra était également un haut-placé dans la plus grande compagnie privée de livraison de courrier au monde, Pitney Bowes. L’ancien PDG de Postes Canada est devenu le PDG du British Royal Mail et a veillé sur sa pleine privatisation. L’administration de Postes Canada, le secteur privé, et les politiciens de toute les lignes politiques veulent la privatisation de Postes Canada.

MYTHE #7 : « Nous ne voulons pas d’un conflit de travail »

RÉALITÉ : Postes Canada veut un conflit de travail et une interruption de service pour qu’il puisse miner la confiance en ce service public, blâmer les travailleurs et travailleuses pour le conflit par des méthodes anti-syndicales classiques, et préparer d’avantage la voie vers la privatisation. Le nouveau gouvernement Libéral prépare également une évaluation de Postes Canada. L’administration veut certainement qu’un conflit de travail et une fausse crise des régimes de retraite dominent l’ordre du jour, plutôt que ce soit le retour de la livraison à domicile et de nouveaux services comme la banque postale. Gare aux think tanks de droite, aux chroniqueurs et aux politiciens qui répéteront tous ces mythes. Leur objectif est de miner ce service public pour que le public ne conteste pas sa privatisation. C’est une stratégie de privatisation classique.

Que voulons-nous?

Un Postes Canada public et financièrement stable est possible. Nous pouvons nous permettre d’offrir des emplois décents ainsi que la livraison à domicile pour tous et toutes. L’Internet a provoqué une explosion dans le nombre de colis expédiés. Nous pouvons également avoir un service de banque postale comme d’autres pays, qui nous offrirait plus d’options que les grandes banques avec leurs taux d’intérêt de prédateurs, tout en offrant des meilleurs services bancaires en milieu rural. La banque postale assurerait la stabilité financière de Postes Canada pour les années à venir. Les travailleurs et travailleuses des postes ne sont pas le problème.

Dîtes à votre député-e que vous voulez un service de postes qui sert le public, pas un qui coupe des services et qui cherche des conflits de travail.

Envoyez un message de soutien aux travailleurs et travailleuses des postes. Mettez un collant sur votre boîte aux lettres, dîtes à votre postier ou postière que vous l’appuyez, et si on se rend là, rejoignez les sur les lignes de piquetage.

postal-box-300x157

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s