Un restaurant chantant de New-York s’organise avec les IWW

C’est une nouvelle campagne du SITT-IWW, et des plus excitante, qui a été lancée à New York dernièrement. Les travailleurs et travailleuses du Ellen’s Stardust Diner à Time Square sont sortis publiquement vers la fin aout 2016. C’est sous le nom de Stardust Family United que ces travailleurs et travailleuses se sont réuni.es pour répondre aux conditions de travail dangereuses, aux congédiements arbitraires et au harcèlement au travail.

27stardust1-master768

Le restaurant est une destination touristique populaire au coeur de Broadway et il n’est pas rare de voir la file de clients s’étendre jusqu’à l’autre bout du bloc. Les serveurs et serveuses y chantent des chansons thèmes, des morceaux populaires et des classiques du Jazz en servant des repas de style diners. La plupart des employé.es sont des artistes qui doivent souvent prendre des périodes de congés pour travailler sur les spectacles de Broadway et se servent du restaurant pour payer leurs factures entre deux performances. C’est pour cette raison qu’une grande partie du staff y travaille depuis des années.

Or, plus tôt cette année, le propriétaire d’Ellen’s Stardust Diner a fait venir une nouvelle compagnie de management pour gérer le restaurant. Cette nouvelle administration a immédiatement commencé à faire des changements qui ont fait en sorte que la vie est devenue de mal en pire pour les employé.es. Par exemple, les travailleurs ou travailleuses ayant quitté.es le restaurant pour participer à un spectacle ou une tournée ne furent plus réengagés. Des heures furent coupées de sorte que les quarts de travail commencèrent à être faits en sous-effectif et l’administration refusa de faire réparer les équipements défectueux, et ce même s’ils représentaient un danger. Par exemple une grille pour les burgers qui donne des chocs électriques ou une scène où les serveurs et serveuses doivent chanter, mais qui est terriblement instable. Mais le pire de tout est que l’administration commença à effectuer des congédiements pour un oui ou pour un non. Un serveur fut congédié parce que des clients réussirent à partir sans payer. Un.e bussperson fut renvoyé pour avoir ramassé un verre sur une table vide ‘’de la mauvaise manière’’. Ces congédiements à répétition, environs un ou deux par semaines, terrorise les employé.es.

Pousser à bout par ces nouvelles conditions de travail, les salarié.es du Stardust tentèrent de contacter plusieurs syndicats de la région de New York, mais le seul qui pris le temps de sérieusement retourner leurs appelles fut l’IWW. Au cours des mois qui suivirent , la section locale de la ville de New York planifia une série de formation d’organisation pour ce comité de travailleurs et travailleuses à former en vitesse. Des rencontres entre les membres de l’IWW et les salarié.es de Stardust eurent aussi lieu afin de mettre sur pied des stratégies d’application de l’action directe qui permettraient aux employé.es d’obtenir gain de cause.

14188116_684403888378502_4625393141910543582_o

L’une de ces actions fut une « march on the boss » qui eut lieu à la fin du mois d’aout. L’administration avait confisqué le pot à pourboires que les employé.es faisaient circuler entre leurs performances. Il s’agissait là d’une part importante des revenus des gens affectés au service et ils et elles perçurent cette action comme ni plus ni moins que de l’intimidation gratuite. Les serveurs et serveuses réagirent avec un March on the boss des plus créatifs. Après avoir chanté My Shot du musical Hamilton pour se réchauffer et amener les clients à lever leurs bouteilles de ketchup dans les airs en signe de solidarité, 4 serveurs et serveuses marchèrent droit vers le gérant de plancher pour demander que leurs pots à pourboires leur soient restitués dans les 24 heures. 5 heures plus tard, ils et elles obtenaient gain de cause.

Les salarié.es annoncèrent officiellement leur adhésion à l’IWW quelques jours plus tard avec une campagne médiatique coordonnée. Un long article apparut dans le New York Times et furent suivis de nombreux autres dans le Broadway World, le Playbill, le Gothamist, l’Eater et le Jezebel pour n’en nommer que quelques-uns. Suivant cette sortie publique, les appuis fusèrent de toute part. Leurs ami.es, leurs collègues du milieu du spectacle, de nombreux enregistrements à saveur artistique circulèrent sur les réseaux sociaux.

Le propriétaire d’Ellen’s Stardust Diner, Ken Sturm contre-attaqua en lançant une sauvage campagne d’union-busting. Il engagea l’agressif Brent Yessin, un avocat spécialisé dans le cassage de syndicat qui est reconnue pour ses tournées des États-Unis où il fait l’apologie du Right-To-Work. Des réunions d’équipes, des audiences captives comme on dit dans le milieu, de même que des rencontres individuelles furent organisé avec les gens du service comme avec ceux de la cuisine. Les cuisiniers et cuisinières se virent offrir des augmentations de salaire, mais furent menacés de congédiement immédiat s’ils et elles se joignaient au syndicat. De la littérature antisyndicale fut distribuée, frôlant parfois le ridicule comme le pamphlet intitulé ‘’Saviez-vous que Joe Hill était un meurtrier?’’. En dépit d’annonce faite au média qu’il allait s’asseoir avec le nouveau syndicat, le propriétaire continua d’ignorer les demandes de rencontres des syndiqué.es. Une manifestation fut organisée devant le restaurant.

La semaine suivante, les congédiements reprenaient de plus belle. Une tentative claire de se débarrasser du comité d’organisation. En moins de 7 jours, 15 personnes avaient perdu leur emploi. Les travailleurs et travailleuses commencèrent à organiser de manière quotidienne des piquets de grève symboliques ou des chansons syndicales étaient chantées et des affiches demandant justice étaient brandies. Des wobblies distribuèrent des pamphlets informatifs aux gens entrant dans le restaurant et plusieurs décidèrent finalement de tourner les talons. Lorsque les salarié.es se faisaient congédier en plein milieu de leurs quarts de travail, ils et elles étaient accueillis à bras ouverts par leurs collègues manifestant à l’extérieur et inscrivaient sur eux un numéro (par exemple 9e pour 9e employé.es congédié.es) afin de commémorer l’évènement. Les méthodes employé.es par l’administration ne firent que renforcer la volonté des syndiqués de remporter la victoire.

Stardust Family United engagea un avocat sympathique à l’IWW qui accepta de les épauler dans leur démarche pour porter plainte contre leur patron à la National Labor Relation Board pour élection syndicale frauduleuse et pour obtenir une injonction qui empêcherait des congédiements à venir.

Bien que la campagne ait jusqu’à maintenant été extrêmement dure, le morale reste au plus haut et le combat continue. Les manifestations continuent chaque jour. Les médias continuent de couvrir les évènements de sorte que la sympathie pour la Stardust Family United continue de grandir. Les nouveaux employé.es engagés pour briser le syndicat démontrent un intérêt de plus en plus grand pour la campagne d’organisation. Plus d’une douzaine de membres du Comité d’Organisation ont déjà signé leur petite carte rouge et les valeurs mises de l’avant par l’IWW ont fait leur bout de chemin au sein de la communauté artistique de New York. De nouvelles tactiques commencent à être employés telles que les phone-zap et les sip-in, où des ami.es et membres de la section locale emplissent le restaurant durant les heures d’affluence, mais refusent de commander, demandant plutôt à parler aux gérants et patrons afin de demander à ce qu’ils négocient avec le syndicat. La lutte continue!

Article écrit en langue originale anglaise par Marianne LeNabat pour l’édition d’automne de l’Industrial Worker, #1777 Volume 113 No4. Traduit en français par x374166 et corrigé par x377109 de la section locale de Montréal du SITT-IWW pour le blog du Combat Syndical.

nyc-stardusters-embiggened-650x350

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s